mercredi 28 décembre 2016

Introduction

Notre espèce est assez futée pour bousiller son propre environnement. Elle a même employé des moyens industriels et plus fort encore, chacun des milliards d’individus que porte notre planète s’est efforcé, avec ses propres moyens, d’y apporter sa dose de gaz à effet de serre, de polluants et parfois d’idées dévastatrice très recherchées. 
 
Pour les plus doués de ces inventeurs, la gloire fut immédiate.


La cause de cette débauche de nuisance individuelle est toute simple : Chaque individu de la colonie humaine est assez con pour croire que seul son confort est important et que quoi qu’il en coûte il sera ce soir affalé sur un canapé en buffle américain importé de chine, devant sa télévision coréenne, dans son appartement surchauffé dont les peintures murales suffisent à elles seules à polluer son intérieur pendant cinq ans et à lui faire fleurir un magnifique et définitif cancer généralisé.

Durant toute son existence ce crétin aura tout fait pour consommer afin de satisfaire la zone cérébrale du plaisir compulsif, ce petit bout de viande de l’hémisphère gauche finalement responsable de tous les malheurs du monde. Le vrai progrès eut été de griller ce bout de cervelle à la naissance (et pourquoi pas, le reste avec!). J’appellerai ce morceau de matière grise le point C.

I wanna be a Propriétaire.


Aujourd’hui c’est super tendance, carrément un must, on vous fait même des ristournes sur vos impôts, ça rend le soleil plus jaune, l’herbe plus verte et les fins de mois vraiment plus raides : Etre PROPRIETAIRE (amen !).

L’idée germe peu à peu, c’est un processus bien précis dans notre société, quand l’argent arrive régulièrement sur le compte en banque, que l’achat de petites choses ne parvient plus à stimuler le point C convenablement, quand le matraquage médiatique constant a bien imprégné les neurones ramolis du sujet : Il est temps, c’est mûr : Il faut devenir propriétaire. 
Notons en passant que pour l'ensemble des acteurs économiques et médiatiques c'est le bon moment pour acheter! Toujours. 
 

Heureusement, des tas de gens payés au nombre de victimes sont là pour vous y aider.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire