mercredi 28 décembre 2016

L'agent immobilier

L’agent immobilier.



A côté de lui superman fait figure de tapette neurasthénique. L’A.I. (rien à voir avec l’intelligence artificielle) est une race de winners à part entière, totalement dévoué au culte de l’esbrouffe et du costard trois pièces. Il est clairement le maître de l’immo et vous êtes un malheureux péquenot perdu dans la jungle du marché. Il va vous aider...



...et vous allez lui vouer un culte servile.



Dans les yeux vifs et brillants d’intelligence de l’A.I. le moindre studio crasseux devient un produit d’investissement sur moyen terme à la rentabilité garantie, une bonne affaire aussi pour un primo accédant qui pourra faire fructifier son bien sur le marché locatif quand son besoin d’espace et de standing dus à sa réussite professionnelle et familiale inévitables le conduiront à investir dans un bien supérieur.



Dans vos yeux c’est un studio pourri trop cher pour vous. Vous êtes fier de vous montrer plus fort que ce bouffon en refusant tout net sa proposition ( Douze mètres carrés pour vivre à deux semblent assez insuffisants à vos yeux!). 
L’expert vous dévisage, manifestement il vous a pris pour un guignol mais vous êtes monté dans son estime en réagissant avec virilité. Désormais, vous serez alliés, il est manifeste que vous savez ce que vous voulez et que vous n’êtes pas tombé de la dernière pluie.



Quarante-sept rendez-vous suivront, dans quarante-sept « produits » trop petits, trop chers, trop mal placés, trop mal foutus, trop moches ou même parfois tout cela à la fois. 

Vous êtes désormais un habitué de l’agence, l’A.I. semble vous avoir relégué au niveau du mobilier de bureau, son sourire crispé en dit long sur le plaisir au lui procurent vos escapades urbaines régulières. Il vous prend maintenant pour un touriste et peu à peu votre amitié se mue en pénible collaboration…

...jusqu’au 48e rendez-vous.



Désabusé, l’A.I. mal rasé dont la chemise ne semble même plus très fraiche vous ouvre la porte de ce deux pièces. Depuis la douzième visite il a laissé tomber ses arguments marketing , il sait que vous faites partie des initiés, de ceux à qui on ne la fait pas. Il ne vous laisse même plus entrer le premier, il part même contempler la vue pendant que vous faites le tour de l’appartement soudain en proie à une excitation toute nouvelle : 

Les ondes sont bonnes, c’est un peu plus cher que prévu (c’est toujours un peu plus cher que prévu.) mais c’est exactement ce qu’il vous faut  ( Il faut noter que vos critères de sélection ont été revus à la baisse 47 fois depuis le début de votre quête!).


Vous réveillez l’A.I. qui somnole devant la fenêtre, l’odeur d’alcool est insistante, vous connaissez son prénom, six mois de collaboration ont créé un lien entre vous et lui.  La larme à l’œil vous lui annoncez votre décision de signer le compromis de vente.


L’A.I. se transforme sous vos yeux, sa barbe naissante disparaît immédiatement pour laisser place à un teint frais et sa chemise semble toute fraîche sortie du pressing. Vous reconnaissez les yeux vifs croisés six mois plus tôt. D’un geste souple répété mille fois devant la glace l’AI sort le sacro-saint compromis de vente de sa sacoche en cuir (propre à tout AI qui se respecte.) , c’est l’instant qui fait jouir tout A.I. normalement constitué et transpirer abondamment tout acheteur potentiel. Il redevient brutalement votre meilleur pote.



De votre côté vous ne savez plus très bien où vous en êtes et c’est tant mieux pour votre moral.



A ce niveau des opérations n’importe quel observateur extérieur pourrait vous demander pourquoi vous achetez un deux pièces à retaper à Belleville alors que six mois auparavant vous recherchiez un trois pièces neuf dans le 14ième. Mais vu votre état de nerf et la dégradation physique flagrante provoqués par votre quête, n’importe quel observateur extérieur préfèrerait de loin vous annoncer un cancer ou votre licenciement, voir les deux.



Vous êtes en phase de devenir propriétaire, le délai d’un mois est lancé, vous devez concrétiser votre prêt bancaire : retour chez votre conseiller financier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire